L'Etat français et la pollution due au trafic aérien ou l'art de tromper son monde PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 27 Avril 2017 16:10
Toulouse, le 27 avril 2017

 

 27 avril 2017 Communiqué de l'UFCNA (Union Française contre les Nuisances des Aeronefs

A l'occasion de la promulgation du décret d'application de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, l'Union Française Contre les Nuisances des Aéronefs (UFCNA), avait déjà dénoncé la manipulation permettant aux aéroports concernés d'obtenir des pseudo-résultats sans agir véritablement sur la réduction de la pollution générée par l'activité aérienne. Des courriers ont été envoyés à Madame la ministre de l'Environnement et au secrétaire d'État chargé des transports pour proposer une rencontre afin de corriger les erreurs manifestes … Le décret a néanmoins été publié en l'état !
 
Nouvelle enquête publique … Le plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (PREPA) propose une fois encore :
- de ne prendre en compte qu'une partie des émissions des avions, la plus faible, celle résultant du roulage des avions sur les pistes de l'aéroport en omettant donc toute la partie plus importante d'approche de l'avion (qui commence en moyenne à 23 km de l'aéroport) et de décollage puis de montée (sur environ 8 km),
- et de comparer les émissions par passager ou tonne de fret transporté au lieu de prendre les montants globaux. Il suffit donc que le nombre de passagers par avion augmente, avion plus gros ou meilleur remplissage de l'avion, pour que les émissions polluantes de l'avion diminuent comme par un coup de baguette magique !
 
Un exemple assez frappant est celui de l'aéroport de Beauvais-Tillé. En 15 ans, le nombre des mouvements a été multiplié par 6, le montant global des émissions de CO2 a été multiplié par 8 mais si on ne retient que le taux par passager transporté, les émissions de CO2 sur l'aéroport auraient été divisées par 2 !!
 
Et c'est le même calcul pour tous les polluants comme les oxydes d'azotes ou les particules. Et c'est sur cette base qu'on élabore un plan de réduction des émissions polluantes ! Circulez, il n'y a rien à voir, il y a une baisse de la pollution… Pour qui nous prend-on ?
 
Nous avons maintenant la preuve depuis la publication de la directive EU 2016/2284, à laquelle doit se référer la loi en question, que les aéroports ont l'obligation de prendre en compte la totalité du cycle approche, roulage au sol, et décollage des avions (appelé cycle LTO). A titre d'exemple, la partie en vol représente plus de 53 % des émissions totales d'oxydes d'azote d'un aéroport comme Heathrow ou Gatwick, UK.
 
Il y a maintenant matière à une action en justice, qu'il n'est pas exclu d'entamer. La France s'honorerait à lutter véritablement contre la pollution des avions avant qu'il ne soit trop tard.

 
Contact : Chantal Beer-Demander, présidente
Tel : 06 25 43 22 33  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. " target="_blank" style="color: rgb(0, 136, 204); font-family: arial; text-decoration-line: underline; border-color: rgb(221, 221, 221);"> Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.    http://8f2.r.ca.d.sendibm2.com/click/1958jvzplnb81fd.html&;source=gmail&ust=1493390919354000&usg=AFQjCNHp1DvnnSdA2gJiG2CxRwgp_htqbg" style="color: rgb(0, 136, 204); font-family: arial; text-decoration-line: underline; border-color: rgb(221, 221, 221);">http://www.ufcna.eu/spip/
32, avenue Lamartine  31100 TOULOUSE
 
 

L'UFCNA a vocation à fédérer les associations qui luttent contre les conséquences sanitaires néfastes (bruit et pollution atmosphérique) du développement du trafic aérien (aviation commerciale : passagers et fret, aviation militaire, aviation légère, aviation d'affaires, hélicoptères, etc.) ; l'UFCNA compte 25 000 adhérents.
 
Free template 'Feel Free' by [ Anch ] Gorsk.net Studio. Please, don't remove this hidden copyleft!