Extrait de l'intervention de Ghislaine Esquiague à la conférence "Environnement et droit des transports" PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 25 Avril 2013 09:29

Retranscription de la minute extraite de l'intervention faite par Ghislaine Esquiague, ancienne secrétaire générale de l'ACNUSA, lors de la 4ème conférence "Environnement et droit des transports" qui s'est tenue le 12 novembre 2012 au Conseil d'Etat dans le cadre d'un cycle de conférences "Enjeux juridiques de l'environnement".

"Ces groupes acoustiques, ils ne tiennent pas vraiment compte de la gêne ressentie par les riverains. Il est connu de longue date, ce n'est pas récent, que la seule dimension acoustique du bruit, l'énergie sonore, n'explique que très partiellement nombre des effets et, notamment, la gêne ressentie par les riverains.

Une meilleure prise en compte de la gêne, on sait comment on pourrait faire : il faudrait prendre en compte des indices de type événementiels, événementiels d émergence du bruit, puisque c'est ça qui effectivement gêne le riverain.
C'est dans un niveau sonore moyen, l'émergence forte d'un avion qui passe au-dessus de sa tête et c'est aussi la fréquence : 400 avions par jour au-dessus de la tête, ce n'est pas rien !

Dès 2007 l'ACNUSA avait d'ailleurs préconisé l'utilisation d'un indicateur de type événementiel qui permettrait de caractériser le nombre d'événements sonores qui dépasserait un certain seuil de bruit. Un indicateur qui s'appelle le "number above", le NA.
Cette recommandation n'a pas été prise en compte par l'Administration, mais elle reste toujours d'actualité.

Les riverains expriment fortement leur gêne par ces deux indicateurs qui sont les émergences de bruit et la fréquence des survols, le nombre de survols..."

 

Pour voir la vidéo de la conférence :

L'intervention a lieu à partir de 1h06. Durée totale : 1h52. 

 
Free template 'Feel Free' by [ Anch ] Gorsk.net Studio. Please, don't remove this hidden copyleft!