Modification des trajectoires MOLEK : Pollution chimique PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 17 Janvier 2012 21:12

L'allongement des trajectoires entraîne également une augmentation de la pollution. Les principaux polluants générés par l'aviation sont :

  • Le monoxyde de carbone (CO),
  • Les oxydes d'azote (NOX),
  • Les composés organiques volatiles et hydrocarbures (COV),
  • Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP),
  • Les particules fines (PM10 et PM2.5).

Le CO (monoxyde de carbone) résulte de la combustion incomplète du carburant, notamment au roulage.

Les NOX (oxydes d'azote) sont émis par la combustion du carburant et comprennent essentiellement le monoxyde d'azote (NO) et le dioxyde d'azote (NO2). Ils participents à la formation des retombées acides et, sous l'action de la lumière, contribuent à la formation d'ozone au niveau du sol (ozone troposphérique).
Le monoxyde d'azote passe dans le sang et limite la fixation de l'oxygène sur l'hémoglobine.
Le dioxyde d'azote de son côté pénètre dans les plus fines ramifications des voies respiratoires et fragilise la muqueuse vis à vis des agressions infectieuses. Il entraîne une altération des fonctions respiratoires et une hyper activité bronchique chez les personnes asmathiques.

Parmi les COV (composés organiques volatiles et hydrocarbures), l'on retrouve le Butadiène-1,3 et le Benzène, dangereux pour le fœtus et cancérogènes.

Les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques) sont contenus dans les particules fines. Comme certains COV, ils sont dangereux pour le fœtus et cancérogènes.

Ci-dessous un graphique issu des Aéroports de Paris indiquant les messures de particules fines sur la commune de Bonnelles avant la modification des trajectoires :

particules

L'OMS définit les valeurs de particules fines suivantes :

  • PM10 : 
    • 20 μg/m3 moyenne annuelle,
    • 50 μg/m3 moyenne sur 24 heures,
  • PM2.5 :
    • 10 μg/m3 moyenne annuelle,
    • 25 μg/m3 moyenne sur 24 heures.

De plus, l'OMS indique : "Les directives 2005 déterminent pour la première fois des valeurs guides pour les particules en suspension (PM). L'objectif est de parvenir à la plus faible concentration possible. Comme l'on n'a pas établi de seuil en dessous duquel on n'observe aucun effet néfaste pour la santé, les valeurs recommandées représentent un objectif acceptable et réalisable pour réduire le plus possible les effets sanitaires en fonction des limitations locales, des moyens disponibles et des priorités de la santé publique."
Pour plus d'informations sur les risques que représentent les particules fines, vous pouvez consulter le dossier de l'OMS : http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2011/air_pollution_20110926/fr/index.html

Plusieurs études ont permis montre que l'exposition aux particules fines et aux NOX augmente le risque de maladies cardiovasculaires et en particulier l'infarctus. De plus, cette exposition peut entraîner de l'asthme, des allergies et la fragilisation de la santé chez les enfants.

Compte-tenu de ces informations, l'on peut se demander s'il est normal d'effectuer des modifications de trajectoires qui vont concentrer les émissions de microparticules sur une partie de la population.

Suite du dossier : Quel est réellement le but du déplacement des trajectoires MOLEK ?

 
Free template 'Feel Free' by [ Anch ] Gorsk.net Studio. Please, don't remove this hidden copyleft!